13 décembre 2007
Première Table Ronde "La politique belge contre la faim ?" Un effort concerté pour le renforcement des organisations paysannes
.

Première Table ronde sur la place des organisations paysannes dans la coopération. Cette première table ronde est la première d’une série de 3 table ronde prévues à la suite du briefing organisé le 8 novembre 2007 au parlement fédéral par les coalitions d’ONG « 2015-De Tijd Loopt » et « Coalition contre la faim » à propos des problématiques alimentaires et agricoles dans le monde.

Le 8 novembre dernier, les coalitions d’ONG « 2015-De Tijd Loopt » et « Coalition contre la faim » ont organisé au Parlement fédéral un briefing lunch La politique belge contre la faim ? Paroles d’agriculteurs à propos des problématiques alimentaires et agricoles dans le monde.

Programme :

- 13h00 Lunch
- 13h45 Mot d’accueil par Dirk Van der Maelen, député
- 13h50 introduction : rappel du processus de travail, résultats attendus
- 14h00 présentation des études de cas :

1. CTB L’appui aux organisation agricoles : quel rôle pour la coopération bilatérale directe ? Le cas du Bénin. Alain laigneaux. 2. ULB-FUNDP : politiques foncières et stratégies paysannes dans le nouveau contexte malien de libéralisation et décentralisation. Benoit Dave 3. ONG : L’appui institutionnel aux organisations de producteurs : enjeux, succes et difficultés tirés d’expérience de quelque ONG. 4. Réaction de leaders paysans : Mubanga Kasakula (East and Southern Africa Small Scale Farmers’ Forum de Zambie) et Samba Gueye, (Président du conseil national de concertation et de coopération des ruraux).

- 15h30 Débat sur les questions suivantes : Que retenir des expériences présentées ? Quels instruments sont nécessaires pour améliorer les pratiques ? Comment renforcer les synergies entre les acteurs belges ?

- 16h50 Cloture

Résumé de la Première table ronde

Un effort concerté pour le renforcement des organisations paysannes 13 décembre 2007-13h à 17h (Rotonde, Parlement fédéral)

Au cours de cette première table ronde, différents acteurs de la coopération belge ont débattu de la place de l’agriculture au sein de la coopération belge ainsi que des efforts à fournir pour soutenir les organisations paysannes au Sud.

Plusieurs acteurs ont présenté la façon dont ils travaillent avec les petits producteurs pour soutenir l’agriculture familiale durable. Alain Laigneaux de la Coopération Technique Belge a présenté le rôle de la coopération bilatérale directe dans le soutien aux organisations de producteurs au Bénin. Benoît Dave, chercheur à l’ULB a expliqué la façon dont son université collabore avec une université malienne sur les politiques foncières. Plusieurs ONG ont ensuite présenté leur façon de soutenir les organisations paysannes et quelques réflexions par rapport à leur travail.

Deux leaders paysans africains ont ensuite donné leur réaction par rapport aux présentations précédentes. Mubanga Kasakula, vice-président d’Eastern and South African Small Scale Farmers Federation, a surtout insisté sur le fait que les bailleurs devraient davantage s’inscrire dans les objectifs de développement des organisations et veiller à renforcer les capacités de ces dernières. Souvent les ONG du nord imposent trop de conditionnalités en échange de leur soutien financier. La recherche universitaire se déroule encore trop souvent « top down » sans tenir compte des connaissances des populations locales. Il demande également plus d’attention envers les fonds bilatéraux qui sont transférés au sud afin que ces moyens atteignent mieux les groupes cibles.

Samba Gueye, de l’organisation paysanne sénégalaise CNCR, a mentionné que le développement d’une organisation paysanne est un processus lent et graduel. Cependant, grâce au soutien des ONG, le CNCR participe désormais aux négociations politiques agricoles.

Le débat qui a suivi a permis de dégager les conclusions suivantes :

- Il existe parmi les personnes présentes, un consensus sur la nécessité de renforcer le soutien à l’agriculture dans le Sud, et sur le rôle central des organisations paysannes dans ce processus.
- Le soutien aux organisations paysannes doit, en premier lieu, tenir compte des priorités des organisations elles-mêmes et pas seulement des cadres politiques des différents bailleurs de fonds.
- Le soutien aux organisations paysannes doit s’inscrire dans la durée parce que la construction d’un mouvement social est un processus de longue haleine.
- En tant qu’acteurs concernés par la problématique de l’agriculture, nous voulons développer une vision commune et complémentaire au niveau belge. Nous devons réfléchir aux instruments spécifiques nécessaires pour mieux collaborer.



Téléchargez le programme (PDF - 1.3 Mo)


Le soutien aux organisations paysannes du sud quel role pour la coopération bilatéral directe ? Le cas du Bénin. Alain laignaux de la CTB. (PowerPoint - 120 ko)


Politiques foncières et stratégies paysannes maliennes dans le nouveaux contexte de libéralisation et de décentralisation. Benoit Dave ULB. (PowerPoint - 41 ko)


L’expérience de quelques ONG du Nord dans leur travail avec les organisations paysannes du Sud (Word - 28.5 ko)
L’expérience de quelques ONG (SOS-Faim, Oxfam Sol, Vredeseilanden, CSA…..) dans leur travail avec les Organisations paysannes du Sud


Résumé de la première table ronde (PDF - 107.2 ko)
Les différents acteurs de la coopération belge ont débattu de la place de l’agriculture au sein de la coopération belge.

format imprimable

| Site réalisé avec SPIP, sous Licence de logiciel libre(GPL), optimisé pour FIREFOX | Administration | Espace membres |