Communiqué de presse de greenpeace 4 janvier 2008
OGM : le secteur des mélanges pour animaux restreint la liberté de choix du consommateur

OGM : le secteur des mélanges pour animaux restreint la liberté de choix du consommateur

Bruxelles, le 4 février 2008 – Le 1er janvier dernier, le secteur des mélanges pour animaux a décidé de suspendre la production de nourriture animale exempte d’organismes génétiquement modifiés. C’est du moins ce qu’a communiqué l’association professionnelle du secteur à Greenpeace. Pour Greenpeace, cette mesure restreint la liberté de choix du consommateur et stimule la production d’OGM au niveau mondial, entraînant des risques importants pour l’environnement.

Celui qui opte pour du lait, des oeufs, de la viande ou du fromage provenant d’animaux nourris sans OGM risque prochainement d’avoir bien du mal à trouver les aliments de son choix. Si cela ne dépendait que de l’Apfaca, l’association professionnelle des fabricants d’aliments composés pour animaux, il n’y aurait bientôt plus moyen de trouver sur le marché de la nourriture animale garantie non-OGM. Le secteur en a en effet suspendu la production depuis ce 1er janvier.

En prenant cette décision, le secteur des mélanges pour animaux va totalement à l’encontre de la liberté de choix du consommateur. De grandes chaînes de magasins comme Carrefour, Delhaize et Colruyt ont fait des efforts ces dernières années pour éliminer les OGM de leur offre. Résultat, les aliments transgéniques ont pour ainsi dire disparu des rayons de nos supermarchés. Il existe même une chaîne d’approvisionnement garantie non-OGM pour une partie de nos aliments fabriqués à partir d’animaux d’élevage.

La décision du secteur rendra bientôt impossible le maintien de cette chaîne d’approvisionnement garantie non-OGM. Ceci est d’autant plus étonnant que le consommateur est résolument opposé aux OGM. En Europe, ces derniers ont pour ainsi dire disparu de l’alimentation humaine1. En effet, depuis l’obligation d’étiqueter les produits transgéniques, les chaînes de magasins et fabricants d’aliments ont tous opté pour des alternatives non-OGM. 

En intégrant des OGM aux mélanges pour animaux, les fabricants tentent de contourner la résistance du consommateur. C’est en effet ainsi que les OGM continuent à trouver des débouchés en Europe. Les aliments fabriqués au départ d’animaux nourris aux OGM n’étant pas soumis à l’obligation d’étiquetage, le consommateur n’a que très peu de moyens de savoir si le lait, les oeufs ou la viande qu’il consomme proviennent ou non d’animaux nourris aux OGM. 

Greenpeace appelle le secteur de la distribution à prendre ses responsabilités et à mettre tout en oeuvre pour garantir une alimentation exempte d’OGM. Il est inacceptable que la Belgique maintienne uniquement une filière contaminée aux OGM. Les distributeurs doivent travailler main dans la main avec le secteur des mélanges pour animaux pour trouver une solution constructive.

format imprimable

| Site réalisé avec SPIP, sous Licence de logiciel libre(GPL), optimisé pour FIREFOX | Administration | Espace membres |