Commerce équitable et souveraineté alimrentaire (Minga France)

COMMERCE EQUITABLE Priorité à la souveraineté alimentaire des peuples

Au moment où débutent le « Printemps pour un commerce équitable » et la « Quinzaine du commerce équitable », le drame des émeutes de la faim provoquées par la flambée des prix des denrées alimentaires rappelle à l’ordre toutes les organisations se réclamant d’un « commerce équitable ». Se soucier uniquement des débouchés commerciaux des matières premières agricoles des pays du sud (quitte à négocier avec des multinationales qui encouragent le développement des agro-carburants *), c’est soutenir un modèle d’échanges commerciaux fondés sur la spéculation et non sur les besoins humains.

Minga a toujours considéré comme enjeu de société le travail sur la qualité des échanges commerciaux. Les initiatives pour rendre un commerce plus équitable, partout et pour tous, doivent permettre de faire évoluer le débat public sur la question des échanges de marchandises et de capitaux. Se féliciter aujourd’hui de la progression des parts de marché des produits dits « équitables » sans la mettre en relation avec l’amélioration de la souveraineté alimentaire est catastrophique. Quand « le commerce équitable » encourage les cultures d’exportation au détriment des cultures vivrières, il trahit son projet. C’est une justice économique qui est en jeu aujourd’hui et non l’édification d’une niche commerciale « équitable ». Le progrès d’un commerce plus équitable s’apprécie en fonction de la souveraineté alimentaire des peuples.

Minga, le 23 avril 2008 www.minga.net

* « La nature nous fournit le carburant de demain. E. Leclerc s’engage à le développer » , www.michel-edouard-leclerc.com/blog/m.e.l/archives/2006/09/biocarburants_j.php

format imprimable

| Site réalisé avec SPIP, sous Licence de logiciel libre(GPL), optimisé pour FIREFOX | Administration | Espace membres |