La police brésilienne a ordonné la fermeture de six exploitations de canne à sucre et d’éthanol du groupe Louis Dreyfus Commodities

La police brésilienne a ordonné la fermeture de six exploitations de canne à sucre et d’éthanol du groupe Louis Dreyfus Commodities.

Elle accuse LDC de sous-traitance illégale de main d’oeuvre.

Photo Eva Llorente

Le groupe français Louis Dreyfus Commodities (LDC), propriétaire de nombreuses exploitations de canne à sucre et d’éthanol au Brésil, devra répondre des conditions de travail précaires de sa main d’oeuvre, a indiqué mercredi la police brésilienne à l’AFP.

Une opération spéciale de la Police Fédérale de Belo Horizonte, la capitale de l’Etat du Minas Gerais (sud-est), menée du 9 au 23 novembre en collaboration avec l’inspection du travail pour lutter contre le travail forcé dans les plantations de canne à sucre a révélé que 286 travailleurs de LCD, vivaient dans des conditions proches de l’esclavage. Ils n’avaient ni eau potable, ni toilettes, ni lieux de restauration, ni équipements de protection adéquats. Les ouvriers, qui travaillaient majoritairement dans la récolte, n’avaient pas droit non plus à des pauses et leurs heures supplémentaires n’étaient pas prises en compte.

La Police Fédérale a ordonné la fermeture de six des dix exploitations inspectées ainsi que d’une usine de sucre et d’éthanol que la multinationale possédait à Lagoa de Prata (Minas Gerais), rapporte mercredi le quotidien Folha de Sao Paulo. Louis Dreyfus Commodities, qui administre 340.000 hectares de terre et emploie près de 20.000 personnes dans tout le Brésil, sera poursuivie pour sous-traitance illégale de main d’oeuvre et non respect du droit du travail.

Le syndicat UNICAT, plus grand représentant de l’industrie du sucre et du bioéthanol au Brésil, a affirmé à l’AFP que "ce genre de cas isolé, affectant moins de 1% des entreprises du secteur, n’est pas représentatif des pratiques en vigueur dans la grande majorité du secteur".

Fin octobre dernier, Louis Dreyfus Commodities (LDC) a acquis 60% de la société brésilienne Santelisa Vale, ce qui a donné naissance à la deuxième compagnie mondiale de sucre, d’éthanol et de bioénergie. La nouvelle entité est capable de moudre 40 millions de tonnes de canne à sucre par an. Le Brésil est le premier producteur et exportateur mondial de sucre et le second producteur mondial d’éthanol derrière les Etats-Unis.

source AFP

format imprimable

| Site réalisé avec SPIP, sous Licence de logiciel libre(GPL), optimisé pour FIREFOX | Administration | Espace membres |